rss-blog-vipc

Microsoft vs Apple, le duel continue

Le 10 août 2010, par Indigo | IT et Vous, Point de vue

Micosoft, versus Apple, le duel continue… mais cette fois sur  le marché des OS mobile.

Microsoft court après Apple mais contrairement au marché du PC et de ses logiciels, il faut compter sur les nouveaux sprinters type Android ou Blackberry OS 6 sortis quelques mois auparavant.

Tel Christophe Lemaître et ses copains dans les derniers championnats d’athlétisme qui ont râflés pas mal de  médailles, ces Editeurs de logiciels ont eux ralliés de nouveaux adeptes !

En effet, en résumant les récentes études de certains cabinets d’analyse ……assez contradictoires somme toute, Android grapille quelques bonnes parts de marché sur les ventes de Smartphone du second trimestre aux USA grâce très probablement aux récents mobiles d’ HTC et Motorola.

Son avenir se joue  probablement avec la sortie de Windows 7 prévue pour Octobre en Europe. Mais l’éditeur de logiciel doit batailler sur deux fronts : les smartphones où la concurrence fait rage et les tablettes, encore considérées comme une niche mais d’un avenir prometteur selon certains analystes…

C’est sûr, la mobilité des utilisateurs en entreprise est sûrement la question de cette décennie avec un marché grandissant, laissant place à une certaine cacophonie.

Avec l’OS Windows 7, Microsoft va tenter de refaire son retard estimant selon Steve Ballmer, responsable de l’activité « device et entertainement » que « Windows offre beaucoup d’application et une habitude d’usage ».

Très secret quant au terminal retenu, Microsoft joue son dernier va-tout pour rester dans la course.

Revenant sur la concurrence avec Apple, le responsable de l’activité device explique qu’avec une tablette sous Windows 7, « cela imprime » pour stigmatiser l’absence de port sur l’iPad pour connecter une imprimante.

Espérons pour Microsoft que cette différence suffira à conquérir les derniers d’entre nous qui n’ont pas encore choisi et qui se rabattront sur une interface ou navigation familière. Pas certains en revanche de faire basculer les « accros de l’Iphone ou ipad », les « adorateurs » d’Android ou encore les pros du Blackberry.

TO BE CONTINUED…

Tags: , , , , , ,

Retrouvez nous sur

Indigo Global Services sur Twitter   Indigo Global Services sur Facebook   Abonnez-vous au flux RSS

3 Commentaires

  1. Patrick dit :

    Dans ce combat fraticide il ne faut pas oublier que la qualité des produits APPLE a récemment été mise en doute avec l’IPHONE 4 sur la qualité d’émission ou de réception avec des solutions burlesque proposé par APPLE.
    WINDOWS de son coté souffre de son image de géant qui « croque » tout grâce à son monopole, mais dans une société qui ne cesse de vouloir se démarqué le « géant » n’a pas sus écouter les demandes clients d’où aujourd’hui le retard à rattraper face à ses concurrents sur plusieurs points et cela quelque soit le support… WINDOWS veut faire mieux sans pour autant « plagier » ces concurrents…..mais la tâche va être difficile…

  2. Jocelyn dit :

    Apple à une directive unique, le design.
    Le design de l’objet, le design de l’interface et le design des applicatifs. Apple se veut user friendly. Il a son public, et son public le suit. Il le suit à tel point que tout nouveau produit est automatiquement acheté par celui qui se dit pro-Apple.

    Microsoft, cherche le monopole. Il veut être partout où l’informatique apparait. Nous avions eu les micro ordinateurs, nous avions eu les interfaces tactiles, les site communautaire (windows live) etc. Nous aurons droit maintenant aux smartphones.

    Un autre géant (celui de l’information) Google, propose aussi des solutions proches de Microsoft, comme le bureau virtuel. L’information est centralisé, on n’est plus dépendant des disques dur.

    Ils n’étaient pas concurrent direct, ils le sont maintenant.

    Ils ont un nouveau champ de bataille: les smartphones. Un appareil connecté en permanence avec ses données dématérialisé pour Android, un appareil le plus simple d’utilisation pour Apple et un appareil fonctionnant comme un PC pour Microsoft.
    Autour d’eux, nous pourrons trouver Nokia, Samsung et bien d’autre qui tente de proposer des smartphones plus ou moins complet.

    Pauvre Apple qui propose un OS qui s’installe que sur un appareil tandis que ses concurrents possède un OS installable sur un appareil de leur marque ou non. Vive l’ouverture, l’universalité… Chose qu’Apple (le communautaire) ne souhaite pas entendre…
    C’est peut être ce qui causera sa perte.

  3. Carl dit :

    Selon Le Figaro, 47% des étudiants américains (sur 87% d’étudiants qui prévoient d’acheter un ordinateur portable cette année) souhaitent acquérir un Mac.
    Ces mêmes étudiants seront demain les forces vives des entreprises et véhiculeront surement leurs préférences quant à l’outil informatique qui les accompagneront au quotidien.

    En comptant de surcroit sur les produits transverses, tels que Iphone et Ipad, qui ont pénétré avec succès les marchés respectifs des particuliers et des entreprises, la marque à la pomme affirme sa volonté d’être présent dans l’esprit collectif.
    Il est à noter également que l’interactivité entre ces produits et les ordinateurs qui les gèrent, contribue à un marketing tacite, et à ce jeu là, Apple à plusieurs longueurs d’avance sur la concurrence tant matérielle (constructeur/assembleur) que logicielle (éditeur).
    En effet, le choix du système d’exploitation conditionne l’achat du matériel, et cela peut devenir vite problématique lorsque l’on regarde la multitude de marques et de modèles aux performances hétéroclites qui peuvent supporter un Windows ou un Linux.
    La communication d’Apple, plus efficace, cible un seul système d’exploitation équipant un ordinateur unique décliné seulement en fonction de l’usage, en jouant sur la puissance de ce dernier
    Apple jouie donc d’un marketing autarcique, alors que Microsoft, à la façon des constructeurs de machines à laver en est encore à recommander les lessives (constructeurs) et les anti calcaires (périphériques) qui ont le plus séduit les marchés financiers ou qui ont pris le plus de part de marché sur l’année.

    Concernant le coût, la démocratisation de l’informatique individuelle amorcée depuis plusieurs années a conduit à des prix attractifs sur le matériel informatique et Apple n’est pas resté en marge de cette tendance.
    Même si à caractéristiques égales, un ordinateur Apple reste approximativement 20% plus cher qu’un ordinateur PC de marque, ses atouts (design, ergonomie, fiabilité, interface intuitive) justifient cet écart de prix, et l’investissement est aujourd’hui à la portée du portefeuille de la majorité des acheteurs privilégiant la qualité et la durabilité.
    A toutes fins utiles, je rappel qu’il est aujourd’hui possible d’installer un système d’exploitation Apple, Microsoft ou Linux sur un ordinateur Apple récent (équipés de processeur(s) Intel®), alors que sur un ordinateur PC, cela n’est pas toujours vrai (nb : Apple n’autorise pas la modification et l’utilisation de son système d’exploitation sur d’autres plates-formes matérielles que les siennes, même si cela peut se trouver).
    A ce titre, l’ordinateur Apple devient, pour l’entreprise et le particulier, ni plus ni moins qu’un choix technologique (dont le travail d’ingénierie à permis d’intégrer des périphériques fonctionnant en symbiose pour atteindre les meilleures performances possibles) et non uniquement un choix spécifique aux métiers de la presse, du graphisme, et de la création artistique en général.
    Sur ce terrain là, chacun verra midi à sa porte, mais tout est défendable, ou presque.

    En bref, Apple qui à une vision « propriétaire » de ses produits tente de s’étendre sur un marché quasi monopolistique (à propriétaire, propriétaire ½…) détenu en grande partie par le Goliath Microsoft / DELL qui ne lui laisse que 4% de part de marché.
    Donc, même si la progression n’était que de 1%, la stratégie de ce « David » s’avérerait payante, malgré les discours dénigrants de la concurrence.
    A mon sens, ce combat inégal ne mérite surement pas le battage médiatique provoqué par cette boutade des joyeux drilles que sont Microsoft et DELL, à moins que les 10% d‘augmentation des ventes d’ordinateurs à la faveur de Apple le trimestre dernier aux Etats Unies (toujours cf. Le Figaro) ne représente une réelle menace à moyen et long terme.
    Quoiqu’il en soit, moi je suis pour un monde de paix, où règnerait en harmonie les fenêtres, les pommes, les pingouins, les gogols (mathématiquement parlant) et tous ces « chers » philanthropes de constructeurs d’ordinateurs, de portables, de netbooks, de mobiles et de tablettes car après tout, il faut de tout pour faire un monde et on ne peut pas plaire à tout le monde.
    Et puis bon, soyons honnête, c’est un peu notre métier chez A-Services de simplifier la gestion des systèmes d’information d’entreprises, qu’ils soient, ou non, hétérogènes, donc plus il y en a, plus je suis content ☺

Ajouter un Commentaire