rss-blog-vipc

Les SSII peinent à recruter…

Le 2 mai 2011, par Mélaine | Point de vue

…ou le mouton à cinq pattes, ça n’existe pas et si oui, il boîte forcément un peu !

On l’a déjà dit sur le blog, et vous l’avez sûrement déjà entendu depuis le début de l’année 2011, le marché informatique tend à reprendre. Selon l’Insee, c’est près de 40.000 recrutements que l’on prévoit pour 2011 dont à peu près 10.000 créations nettes d’emplois.

Et malgré un  taux de chômage de 6% sur le secteur, il semble difficile de recruter de bons profils.

Ce ne sont pas les annonces en grande pompe qui ont manqué : Stéria, Capgemini, AtosOrigin ont communiqué sur leurs plans prestigieux d’embauche.

Néanmoins, dans  une période telle  que nous la vivons, où l’on redoute à tout instant de perdre son travail, la SSII avec  ses missions, ses  intercontrats et autres termes peu rassurants, a du mal à attirer les candidats.

Quelles en sont les raisons ? Voici quelques pistes de réflexion:

  • De l’aveu du président du Munci, l’association professionnelle des informaticiens, interrogé par le magazine  « Les Echos », il existe un véritable déficit d’attractivité de la

profession.  Aux dires deRégis Granarolo «  Depuis environ deux ans, les filières de formation aux métiers de l’informatique perdent des étudiants. » Alors les ingénieurs que l’on va chercher sont des ingénieurs généralistes parfois même spécialisés dans les filières voisines.

Malheureusement, avec la culture du jeunisme qu’impose le marché ces derniers temps, les profils sont  en inadéquation avec les attentes des  clients car trop peu expérimentés pour des missions qui demandent des connaissances techniques spécifiques.

  • Les salaires proposés semblent trop modérés pour ces candidats en comparaison des risques pris à être en mission.

Alors pour remédier à cela, deux points essentiels :

  • Arrêter de chercher le mouton à cinq pattes…ou bien ne pas s’étonner si à un moment,  ils s’entortillent les pattes à force de ne savoir quoi en faire !

  • Redorer le blason de nos sociétés. Pour preuve Octo qui a été élu « n°1 des entreprises où il fait bon travailler par l’institut « great place to work »

L’entreprise applique tout un ensemble de bonnes pratiques qui tend à réconcilier le collaborateur en mission avec le fonctionnement des SSII. Une de ces bonnes pratiques consiste à prévoir un entretien avec son référent hiérarchique au sein de la SSII toutes les semaines, ainsi qu’une très ingénieuse note mensuelle sur le moral des collaborateurs.

Le turn over d’Octo de 8,20%, deux fois moins important que la moyenne dans le secteur et sa place de 1èreentreprise où il fait bon travailler,  est un argument de choc dans la course au recrutement.

Messieurs donc à vos méninges pour imaginer des pratiques innovantes et rassurantes qui feront des SSII et du marché de l’informatique un secteur où il fait bon travailler !

Tags: , , , , ,

Retrouvez nous sur

Indigo Global Services sur Twitter   Indigo Global Services sur Facebook   Abonnez-vous au flux RSS

Ajouter un Commentaire